Éditorial

Sur vos écrans vous avez maintenant le premier numéro de la revue ACADEMIA. La revue est une initiative du Higher Education Policy Network (Réseau de Politiques de l’Enseignement Supérieur).

Deux mots sur le Réseau

Le Réseau a été conçu comme un réseau intra-universitaire, l’été 2009, après une invitation à la mise en réseau émanant de la Présidence de l’Université de Patras. Après une procédure d’évaluation interne, il fut retenu avec 35 autres. Il est l’unique réseau de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales. Initialement, il était soutenu financièrement par l’Université de Patras.  

Deux ans plus tard, l’été 2011, il se transforme en réseau interuniversitaire. Y participent les Archives Historiques de l’Université d’Égée et le Laboratoire d’Études Sociales et Éducatives de l’Université du Péloponnèse.

L’ambition du Réseau est de se doter d’une structure de recherche, de formation, de publications et d’autres activités dans le champ de l’Enseignement Supérieur, en général, et de l’Université, en particulier. Le Réseau HEPNet espère s’affirmer comme un espace de réflexion et de discussion sur l’Enseignement Supérieur. Dans ce cadre, un des objectifs initiaux fut la création d’une revue scientifique internationale. Ce qui est fait aujourd’hui!

Deux mots sur la Revue

La revue numérique ACADEMIA espère s’établir comme un espace international de publications de travaux centrés sur l’Enseignement Supérieur contribuant à l’analyse d’un domaine de formation et de recherche en pleine extension et transformation et au centre d’enjeux politiques internationaux.

ACADEMIA est une revue –par nature- interdisciplinaire. Par conséquent, recherches et analyses qui proviennent des champs comme la sociologie, l’économie, la politique, la pédagogie, la psychologie, la technologie, l’histoire ou la philosophie et visant l’enseignement supérieur sont les bienvenues. Une priorité sera donnée aux travaux qui contiennent une combinaison de données issues du terrain et dans un effort de théorisation. 

La bonne application de ces énoncés revient à l’éditeur et au comité de lecture d’ACADEMIA.

Présentation du 1er numéro

Exceptionnellement, le 1er numéro fut tissé autour des trois axes :

a) présenter des exemples de différents groupes d’intérêt ciblés par la revue comme possibles futurs collaborateurs et lecteurs.

b) avertir que la revue est trilingue (anglais, français et grec).

c) présenter le travail qui se déroule déjà sur l’enseignement supérieur dans le cadre des activités des trois partenaires qui forment le Réseau interuniversitaire. 

Les dix (10) articles de ce numéro sont regroupés en trois unités :

i) les trois premiers textes (Mouzelis, Koubias, Anastassopoulos) sont des transcriptions d’interventions orales, les deux premiers lors de la journée d’étude du Réseau sous le titre général : « Mondialisation et Démocratie » et le troisième lors du séminaire de la formation doctorale du Réseau, intitulé « Politiques Européennes sur l’Éducation : Théories, méthodologies, analyses, interprétations ».

       Analytiquement, le professeur émérite de LES Nikos Mouzelis se concentre sur la question « Mondialisation et Démocratie ». Sa conclusion principale se forme autour de l’idée que la mondialisation semble renforcer la démocratie dans les économies émergeantes (principalement de l’Asie) et  détruire la démocratie dans les pays d’Occident. 

       Le texte de l’ex-Président de l’Université de Patras porte sur une analyse des perspectives de l’Université Grecque. Stavros Koubias, insistant sur le double rôle de l’Université en Grèce et en Europe, semble être plutôt optimiste, mettant en avant la qualité des enseignants-chercheurs des universités grecques.

       Enfin, le texte de l’ex vice-Président porte sur la politique de développement et le management de la recherche. Vassilis Anastassopoulos fait une analyse du contexte global dans lequel l’université grecque est obligée de fonctionner puis présente l’œuvre effectuée à l’Université de Patras, entre 2005 et 2009.

ii)  les trois textes qui suivent concernent le public cible des enseignants chercheurs (dans des travaux personnels ou en collaboration avec des étudiants en thèse).

       Le premier texte est signé par le Maître de Conférence de l’Université d’Égée Panagiotis Kimourtzis. Il est intitulé « les études de Droit à l’Université d’Athènes la période entre les guerres.  L’Université d’Athènes et le jeune Nikolaos ». Il s’agit d’un texte qui essaie de reconstituer les conditions de vie quotidienne d’un étudiant de province à Athènes, dans les années ’20 et au début des années ’30. Ainsi, l’historiographie se transforme, tout en gardant la rigueur des donnés historiques, en un texte qui s’approche de la littérature. Parallèlement, en utilisant dans son texte des peintures de l’époque, Kimourtzis essaie de faire revivre l’atmosphère de l’époque, dans laquelle le jeune Nikolaos évolue. 

       Le deuxième texte est écrit par le Maître de Conférence de l’Université d’Égée, Dionisis Gouvias. Il est intitulé « L’aventure d’un projet de recherche : de sa conception et son financement à la publication de ses lots de travail ». Il s’agit d’une analyse et d’une réflexion, en amont, sur le processus intérieur qui se développe pendant la formation de l’équipe de recherche et, par la suite, lors de son fonctionnement intérieur et, en aval, sur les relations entre l’équipe de recherche et son univers extérieur. En essayant de répondre à la question centrale : à quoi sert un projet de recherche? Les conclusions formulées par l’auteur sont plutôt pessimistes. D’une part, les instances institutionnelles peuvent bien lancer des programmes de recherche (quoique à un rythme insuffisant et instable) mais l’utilisation des résultats est plutôt incertaine sinon obscure dans la mesure où ils atterrissent souvent dans des tiroirs et y restent oubliés. D’autre part, les difficultés intérieures, les retards dans le déroulement du projet et le poids de la tâche à accomplir sont, en fin compte, de facteurs déplaisants et finalement contre productifs, tout au moins pour les chercheurs qui doivent aussi se préoccuper de leur évolution professionnelle, et cela d’autant plus pour ceux dont le poste de travail est temporaire.   

       Le troisième texte de cette unité est la contribution de l’enseignant chercheur Assane Diakhaté de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal en coopération avec Gergana Dimitrova, étudiante en thèse à l’Université Paris 13. Le sujet de leur recherche concerne l’insertion des étudiants dans l’institution universitaire. Son intitulé est « Le CIVD comme exemple de dispositif d’intervention/insertion sociale ». Les auteurs développent leur problématique autour des besoins d’insertion des étudiants (nouveaux et étrangers) dans l’institution. Par la suite, ils se concentrent, comme étude de cas, sur le Centre Interculturel de Vincennes à Saint Denis (CIVD), qui à travers ses activités offre les conditions nécessaires afin que les étudiants s’insèrent, dans une première phase, à l’Université et, par la suite, s’activent et se créent.

 iii) Les quatre (4) derniers textes sont signés soit par de jeunes docteurs (les deux premiers) soit par des étudiants en thèse (les deux derniers) qui se trouvent à un stade avancé de leurs recherches. Il s’agit d’un autre groupe cible ACADEMIA.

       Le docteur de l’Université de Patras et enseignant du secondaire à l’école Geitonas, Aggelos Kavassakalis, signe le texte intitulé « Le sous-système politique de l’université grecque est-il un sous-système politique mature? ».  Le chercheur, en utilisant le travail théorique de Sabatier et de Jenkins-Smith, connu comme «Advocacy Coalition Framework (ACF)», essaie de prouver que l’Université Grecque est constituée, initialement, d’un sous-système politique selon l’ACF et, par la suite, d’un sous-système politique mature.  Cette preuve donne la légitimité nécessaire afin d’utiliser l’ACF dans l’analyse du contexte social sous l’angle de la formation de réseaux concurrencés à l’occasion d’une nouvelle Loi faisant référence à l’assurance qualité et à l’évaluation des universités helléniques.  

       Le docteur de l’Université d’Égée et enseignant du secondaire à l’école publique, Fotis Monioukas, se concentre sur les choix des études supérieures. Son texte porte le titre « Choix éducatifs des bacheliers : Le cas de l’Université de Patras » et est une étude de cas.  Le chercheur analyse les caractéristiques spécifiques tant de l’institution que de ses Départements, un à un. Sa conclusion principale est que l’Université de Patras attire  des étudiants qui proviennent, en amont, de la région d’implantation ou des régions voisines, y compris de l’Attique (Athènes) et, en aval, de couches sociales très marquées et statistiquement plus élevées que la moyenne nationale.

       Le troisième texte est signé par l’étudiant en thèse et enseignant du secondaire dans le public, Giorgos Aggelopoulos. Il est intitulé « Interdisciplinarité : la réponse de l’université aux besoins du marché ». Aggelopoulos soutient que sous la pression de la demande d’un lien plus étroit entre études universitaires et marché du travail, les universités développent des programmes d’études interdisciplinaires, en principe au deuxième et au troisième cycle. Ces programmes sont légitimés par un argumentaire fondé sur l’idée qu’ainsi les diplômés augmentent leurs chances d’être employables. Quant aux universités grecques, il apparaît que, d’une part, elles répondent à la demande et mettent en œuvre des programmes d’études interdisciplinaires (en principe au niveau Master) et, d’autre part, elles s’adaptent de façon à ce que leur organisation et leur fonctionnement intérieur n’en soient pas affectés.   

       Enfin, l’étudiante en thèse de l’Université du Péloponnèse, Antigone Sarakinioti, présente un travail sous le titre «En cherchant le contenu des compétences spécifiques de la formation initiale des Professeurs d’École en Grèce». En utilisant le travail théorique de B.Bernstein elle analyse les cursus de la formation initiale des futurs professeurs d’école dans les universités grecques. Son présupposé est que les cursus, par leurs transformations/évolutions, reflètent les influences tant des politiques européennes que le discours dominant sur les compétences.  Dans le texte présenté ici, la focalisation se fait sur les compétences spécifiques comme elles sont désignées dans la bibliographie internationale et plus spécifiquement dans le grand projet européen Tuning.

 

Pour terminer, j’aimerais croire que les textes présentés dans ce premier numéro de la revue numérique ACADEMIA provoqueront, en amont, l’intérêt et la discussion et, susciteront, en aval, l’envie d’écrire des textes qui pourraient être intégrés dans les prochaines parutions d’ACADEMIA.

Bonne lecture 

Stamelos Georgios

Professeur, Éditeur 

 

 

                                                                        

 

View Counter: Abstract | 182 | times, and



ACADEMIA | eISSN: 2241-1402 | Higher Education Policy Network

Pasithee | Library & Information Center | University of Patras